Citation

"La culture est un cimetière de livres et d'autres objets à jamais disparus." in N'espérez pas vous débarrasser des livres de Jean-Claude Carrière et Umberto Eco

vendredi 12 janvier 2018

L’Héritage de Richelieu : Les Ombres du passé ~ Philippe Auribeau

« Et non content de vous attirer les foudres du maître du pays, vous voulez faire évader Gribouges. »


Résumé de l'éditeur :

1643. Richelieu est mort. Mazarin préside aux affaires de la France, en proie à des conflits politiques exacerbés par le trépas de Louis XIII. Dans l'ombre, les dragons poussent leurs pions. L'Italien est seul. Ou presque. Car Richelieu, comme ultime présent, lui a légué son plus formidable atout : les Lames du Cardinal, une troupe de bretteurs et aventuriers qui, si souvent par le passé, ont mis les dragons en échec. Reformées autour du Comte de Clément-Lefert, les Lames se lancent sur la piste d'un trafic sans précédent de substances draconiques, susceptible de mettre à mal le trône de France.

Les Lames du Cardinal forment une formidable trilogie qui s’est vue rééditée récemment à l’occasion de son dixième anniversaire.
Avec l’accord de Pierre Pevel, Philippe Auribeau s’est lancé dans l’écriture d’une suite, aujourd’hui publiée en format numérique. Le premier épisode constitue une introduction à l’intrigue. Les Lames de Mazarin sont éparpillées et sont contraintes de se reformer pour sauver l’une des leurs.
Le style est plutôt lourd et le rythme mal maîtrisé. C’est difficile d’entrer dans ce texte en se disant que c’est une suite, surtout quand on a adoré la trilogie initiale. Ici, les lames du cardinal sont de nouveaux personnages qui semblent complètement calqués sur les anciens, que ce soit le capitaine Clément-Lefert, pâle figure à côté de La Fargue, ou Thibault et Gribouges. Idem pour Simon et Éléonore dont la complicité fait beaucoup penser à celle de Marciac et Agnès, et Da’Kral, dont les origines draconiques le rapprochent de Saint-Lucq. Assez dommage de ne pas s’être éloigné du schéma de Richelieu.
Autrement, l’intrigue est porteuse de tension et l’action ne tarde pas à venir. L’accent est mis sur la prison du Châtelet et sur des combats clandestins. L’univers du Paris du XVIIe siècle est bien repris, notamment les ajouts de fantasy avec les différentes espèces liées au monde draconique.
Extrait :

« Simon prit place au centre de la cage, yeux bandés. Il fit jouer ses bottes dans le sable du sol pour stabiliser ses appuis, puis leva sa rapière pour se mettre en garde. Autour de lui, ses quatre adversaires s’étaient disposés de façon à l’encercler. Leurs respirations étaient haletantes et, malgré le concert d’injures et d’encouragements proférés par les spectateurs en furie, il les entendait distinctement.
Le numéro de Simon et Eléonore était connu de tous, mais rencontrait chaque fois un franc succès. C’était la quatrième fois que le jeune couple paraissait au Cloaque, et leur réputation était grandissante. Chaque nouveau combat apportait son lot de péripéties et la difficulté allait croissante. Après avoir vaincu un, puis deux puis trois adversaires, Simon faisait à présent face à une situation des plus inconfortables. »
Le mot de la fin :

Un premier épisode qui reste malheureusement dans l’ombre de la trilogie de Pierre Pevel et qui n’apporte pas de touche personnelle.

Alors, voulez-vous tourner ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser votre nom et votre blog si vous en avez un ! :)

Merci de votre visite !