Citation

"La culture est un cimetière de livres et d'autres objets à jamais disparus." in N'espérez pas vous débarrasser des livres de Jean-Claude Carrière et Umberto Eco

vendredi 30 juin 2017

Les Douze Rois de Sharakhaï : Sharakhaï ~ Bradley P. Beaulieu

« Par tous les dieux, si je n’avais pas bloqué sa lame, elle aurait dessiné un sourire écarlate sur ma gorge. »


Résumé de la quatrième de couverture :

Dans les arènes de Sharakhaï, la perle ambrée du désert, Çeda combat tous les jours pour survivre. Elle espère la chute des douze Rois immortels qui dirigent la cité depuis des siècles. Des souverains cruels et tout-puissants qui ont peu à peu écrasé tout espoir de liberté, protégés par leur unité d’élite de guerrières et les terrifiants asirim, spectres enchaînés à eux par un sinistre pacte. Tout change lorsque Çeda ose braver leur autorité en sortant la sainte nuit de Beht Zha’ir, alors que les asirim hantent la ville. L’un d’eux, coiffé d’une couronne en or, murmure à la jeune fille des mots issus d’un passé oublié. Pourtant, elle les connaît. Et le lien que Çeda découvre entre les secrets des tyrans et sa propre histoire pourrait bien changer le destin même de Sharakhaï…

Ce premier tome signe le début d’une saga époustouflante. L’auteur a su poser un décor maîtrisé et particulièrement détaillé. Au gré des aventures de notre héroïne, nous découvrons une cité riche et fourmillante de secrets. Sharakhaï est le véritable personnage principal, ville indépendante au cœur du désert. Composée de plusieurs quartiers, elle abrite différentes peuplades, étant une cité de commerce et d’échanges culturels. Les douze Rois sont très intrigants. On apprend au fur et à mesure les origines de leur pouvoir et de la crainte qu’ils inspirent aux habitants. Ce sont des personnages qu’on espère retrouver dans la suite, afin de percevoir leur complexité.
Çeda est une jeune fille intrépide dont la seule attache est son meilleur ami Emre. Prête à tout pour obtenir les réponses à ses questions, elle se lance dans une quête afin de faire tomber les Rois, contre qui elle entretient une profonde haine depuis des années. Elle ne le sait pas, mais Emre s’est rapproché de personnes peu recommandables et deviendra pour elle une source de soucis supplémentaire.
Sans avoir un style très recherché, l’auteur nous embarque au cœur de péripéties grandioses. La fantasy est présente sans être oppressante. Déposée par petites touches habiles, elle ne peut que convaincre le lecteur de la profondeur de l’histoire créée.
Extrait :

« Elle comprit qu’Emre ne rentrerait pas.
Il ne rentrerait pas parce qu’il s’était passé quelque chose de grave. Elle le sentait. Résignée, elle tira sur la partie inférieure de son turban noir de manière à dégager son cou, puis elle prit son médaillon avec des gestes méticuleux et l’ouvrit du bout de l’ongle. Il contenait un pétale séché d’un blanc d’os, avec un soupçon de bleu éclatant.
La situation lui rappelait ce qui était arrivé onze ans plus tôt, le jour où sa mère avait loué le skiff et où elles avaient rendu visite à Saliah, la sorcière du désert. Le jour où sa vie avait été bouleversée.
Le jour où Ahya avait été tuée.
Allait-elle revivre la même épreuve ? Allait-elle perdre un autre être cher ?
Le pétale était aussi léger qu’un rayon de lune. Elle le glissa sous sa langue. Les odeurs de jasmin, de romarin et de macis se mélangèrent au parfum floral – reconnaissable entre tous – de l’adichara. Sa peau la picota. Ses lèvres tremblèrent. Elle entendit un bruit strident. Un doigt mouillé de vin qui glisse sur le bord d’un verre en cristal en produisant une note aiguë. Il lui arrivait de deviner la présence des champs en fleur autour de la cité, mais ce soir, sa perception était exacerbée. Elle sentait presque la faim des asirim. »
Le mot de la fin :

Un premier tome fascinant et maîtrisant parfaitement les codes de la fantasy.

Alors, voulez-vous tourner ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser votre nom et votre blog si vous en avez un ! :)

Merci de votre visite !