Citation

"La culture est un cimetière de livres et d'autres objets à jamais disparus." in N'espérez pas vous débarrasser des livres de Jean-Claude Carrière et Umberto Eco

vendredi 3 février 2017

Le Piège de Lovecraft : Le livre qui rend fou ~ Arnaud Delalande

« C’est la faute du réel, pas de la fiction. »


Résumé de la quatrième de couverture :

David cherche à comprendre les raisons qui ont poussé un de ses camarades à perpétrer un carnage abominable sur le campus de Laval, au Québec. Retrouvant les œuvres récemment empruntées en bibliothèque par cet étudiant, David se voit piégé par les livres maudits, dont le fameux Necromicon de l’écrivain H.P. Lovecraft… Pris dans l’univers du romancier, il bascule à son tour… Ainsi commence une plongée hallucinée dans la recherche d’ouvrages interdits, quête classique de la littérature, de Poe au Nom de la rose, où l’on croise également les fantômes de Houellebecq et de Stephen King…
Oui, le livre peut tuer.
Lâchons le mot maintenant : il s’agit de métalittérature.
Au départ, la quête de David est simple. Un drame est survenu dans son entourage, il cherche à comprendre. Il se pose des questions, trouvent des réponses dans les livres. Mais petit à petit, ce n’est plus son statut de professeur qui est mis en jeu, c’est sa personne, son humanité. Il part à la recherche du mal profond qui nous habite tous, celui qui se trouve matériellement dans les livres maudits.
On a une belle réflexion sur les pouvoirs de la littérature, les extrêmes auxquels elle peut pousser. Cela peut s’étendre à tout texte qui véhiculerait des idées radicales.
Arnaud Delalande a un style de conteur. Il nous embarque dans une aventure sombre avec une grande facilité. Ce n’est pas un livre avec des actions incroyables toutes les deux pages. C’est une quête intérieure qui ne demande pas de combats physiques. Tout est dans la narration de l’instant.
La fin surprend et est en même temps attendue. Elle pousse la réflexion sur la littérature plus loin que le reste du roman et invite à réfléchir à notre position de lecteur.
Extrait :

« — Le fantastique ne dit pas que le réel n’existe pas, il dit que l’important réside dans la perception que nous en avons, et l’attitude conditionnée par elle. Le rapport, comme un effet de miroir…
À cette évocation, je refrénai un tremblement.
— L’important est moins ce qui est que ce que nous croyons être. Et cette réalité peut être plus réelle que le réel…
Je pris ma tasse de café ainsi qu’un beignet à la framboise.
— Je cherchais à affiner l’angle de ma thèse… Trouver le noyau…
— Je crois que vous l’avez, dit Verhaeren, repu, se renfonçant dans son fauteuil.
Et il ajouta :
— Vous devriez étendre vos recherches aux autres livres. »
Le mot de la fin :

Un excellent roman pour tous les fans de Lovecraft et qui incitera les non-initiés à plonger dans son univers fascinant !

Alors, voulez-vous tourner ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser votre nom et votre blog si vous en avez un ! :)

Merci de votre visite !