Citation

"La culture est un cimetière de livres et d'autres objets à jamais disparus." in N'espérez pas vous débarrasser des livres de Jean-Claude Carrière et Umberto Eco

mardi 10 janvier 2017

L'Empire brisé : Le Roi Écorché ~ Mark Lawrence

« Quitte à perdre la vie, tâchez d’avoir une belle vue. »


Résumé de la quatrième de couverture :

L’Empire Brisé est agité par des affrontements sans fin.
Sur le long chemin de sa quête de vengeance, l’honoré Jorg Ancrath a découvert les responsables de cette éternelle guerre, et il s’est mis en tête de les défier. Or une armée de six nations coalisées, forte de vingt mille soldats, marche sur le château de Jorg. Les bons rois savent ployer l’échine devant une défaite annoncée, ne serait-ce que pour protéger leurs sujets et leurs terres. Jorg n’est pas un bon roi.
Confronté à un ennemi bien plus puissant que lui, Jorg sait qu’il ne pourra pas l’emporter à la loyale. Mais il n’a jamais eu l’intention de jouer selon les règles.
Le premier tome emportait le lecteur dans un univers très travaillé mais encore chaotique au niveau de la narration et de la psychologie des personnages.
L’auteur semble avoir mûri entre temps, car ce deuxième tome s’avère bien plus abouti. Le lecteur suit Jorg, qui a désormais dix-huit ans, est roi des terres de Renar et convoite le trône de l’empereur. La narration se structure à plusieurs échelles. Il y a tout d’abord le « Jour de noces », dont le récit déroule une seule journée, celle où le prince de Flèche assaille le château de Jorg. Ces chapitres sont entrecoupés par des événements qui se sont déroulés quatre ans auparavant, lorsque Jorg venait d’être nommé roi, et qui évoquent un long voyage qu’il a fait pour aider Gog, le leucrota. Plus rarement, des passages du journal de Katherine Scorron, la belle-tante de Jorg, sont retranscrits. Le tout est assez équilibré et permet de mieux cerner le personnage de Jorg même si cela peut paraître confus au début.
En parlant de personnages, ceux-ci sont un peu moins nombreux que dans le précédent tome et sont donc mieux développés. Jorg a grandi, il n’en a pas perdu ses pulsions meurtrières ni sa verve, mais il écoute un peu plus son entourage et se préoccupe davantage de son environnement.
D’ailleurs, des personnages plus secondaires prennent une certaine importance, Makin le premier. Véritable bras droit de Jorg, il assure ses arrières et sait lui donner des conseils judicieux. Katherine se révèle une femme moins fade, moins caricaturale que précédemment. Au travers de son journal, elle nous dévoile son moi profond, ses compétences et son indépendance. On pourrait penser qu’elle ne saurait se défaire de l’emprise de ses proches, du mal que Jorg lui a fait, de sa sœur très présente, mais elle parvient à trouver un objectif dans sa vie et à tenir un rôle décisif.
Le style est toujours aussi incisif, le point de vue de Jorg nous transporte dans un univers sombre et sanglant. Les insultes vont bon train, mais c’est tellement plaisant de lire quelque chose de moins conventionnel, de plus décalé. Narration et dialogues sont bien agencés et rythment le récit de façon naturelle.
Extrait :

« — Donne-lui sa chance.
— J’ai failli mourir dans mon lit ce soir. (Je descendis les marches de l’estrade, Makin me suivant de près.) Les appartements royaux sont en cendres. Et mourir dans mon lit n’a jamais fait partie de mes projets. Sauf si je deviens un empereur d’âge canonique besogné par une jeune concubine particulièrement fougueuse.
— Il ne peut rien y faire, répondit Gorgoth, serrant ses poings massifs. C’est son adène.
— Son adé-quoi ? »
Le mot de la fin :

Ce second tome présente un certain nombre de qualités qu’il convient de conserver dans le troisième. L’action et le style remplissent leur rôle et proposent un bon moment de détente, voire de francs sourires.

Alors, voulez-vous tourner ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser votre nom et votre blog si vous en avez un ! :)

Merci de votre visite !