Citation

"La culture est un cimetière de livres et d'autres objets à jamais disparus." in N'espérez pas vous débarrasser des livres de Jean-Claude Carrière et Umberto Eco

vendredi 23 décembre 2016

Les Haut-Conteurs : La Voix des Rois ~ Oliver Peru et Patrick McSpare

« Avec de l’encre et du sang, c’est ainsi que l’on conçoit les meilleurs histoires. »

Résumé de la quatrième de couverture :

1190, Tewkesbury, royaume d’Angleterre. À treize ans, Roland ne rêve que de voyages, de chevalerie et d’aventures. Seulement ses parents ont besoin de lui pour tenir l’auberge familiale. Il ne connait le monde que par les gens de passage, et son meilleur ami, l’ennui, semble bien décidé à lui gâcher l’existence.
La venue d’un Haut-Conteur au village va tout changer. Le prestigieux chasseur d’histoires et d’énigmes enquête sur les mystères de la forêt de Dean et sur les goules qui s’y cachent. Il ne craint pas les croque-cadavres et s’enfonce seul dans les ténèbres, nuit après nuit… mais un matin, il ne revient pas.
L’histoire a-t-elle mangé celui qui aurait dû la raconter ? C’est ce que va tâcher de découvrir Roland… et peut-être deviendra-t-il lui-même Haut-Conteur ?
Commençons par le cadre historique. L’intrigue se déroule en Angleterre, en plein milieu du Moyen-Age. C’est un contexte favorable pour développer cet ordre des Haut-Conteurs, entre intellectuel et religieux. L’idée semble vraiment originale et laisse la place à des aventures incroyables, aux confins de l’imaginaire. En effet, tout au long du livre, nous croisons des goules, un upyr, des demi-sangs, autant de créatures issues d’un folklore fascinant.
Pour ce qui est de l’intrigue même, elle est assez bien menée. Il n’y a pas de temps morts, quelques petits rebondissements viennent pimenter le tout. Les personnages doivent résoudre des énigmes pour avancer dans leur quête et le lecteur se prête volontiers aux mêmes jeux. Cependant, il n’y a rien de transcendant. Le lecteur s’attend à pas mal d’événements, notamment lorsque des goules rodent dans les parages. La fin reste classique, ouverte sur le deuxième tome sans pour autant donner envie de s’y plonger, ce qui est dommage. Un rebondissement final qui remette certaines choses en question aurait été bienvenu.
Les personnages sont plutôt stéréotypés. Nous avons tout d’abord Roland, jeune garçon dont on sait qu’il est promis à un grand avenir. Il reste classique dans son comportement et tempérament, au début peureux puis valeureux. Mathilde est un personnage plaisant. Elle est très cynique, surtout avec Roland et n’hésite pas à le pousser dans ses retranchements pour le faire agir. Sa force de caractère fait d’elle le personnage le plus intéressant. Le grand méchant déçoit quelque peu, on s'attend à ce qu’il ait une identité plus ambigüe et plus problématique vis-à-vis du héros, cela aurait complexifié les relations. Les personnages secondaires sont assez utiles dans l’ensemble mais manquent d’approfondissement, notamment le Ténébreux, qui ressemble à une pâle copie du grand sage qu’on retrouve dans les romans fantasy.
Pour finir, le style est simple, sans fioritures, avec des phrases plutôt courtes. Quelques illustrations réalisées par les auteurs sont glissées entre les pages, ce qui est très agréable, d’autant qu’elles sont très belles. 
Extrait :

« Mathilde était surnommée la Patiente en raison de sa manière de conter, et Roland ne devait pas l’entendre pour la simple et bonne raison qu’il ne devait surtout pas l’imiter. Il lui faudrait plus tard trouver sa propre voix et un style qui rendrait unique chacune de ses histoires, et cela ne pouvait venir que de lui.
Il réalisa alors qu’il n’avait jamais raconté d’histoire à quiconque, ni à Eloïse quand elle était petite ni aux frères Tiburd quand ils passaient l’été à se battre dans les champs à coups d’épées imaginaires. Il en avait écouté des milliers à toutes les tables qu’il avait servies depuis des années, mais jamais personne ne l’avait écouté, lui.
Sa cape lui parut alors bien lourde. »
Le mot de la fin :

Cette saga commence bien, le décor est bien mis en place, les personnages sont bien introduits, pour un tout cohérent. L’univers proposé est intrigant sans pour autant captiver entièrement un lecteur averti. Un public jeune s’y retrouvera très bien.

Alors, voulez-vous tourner ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser votre nom et votre blog si vous en avez un ! :)

Merci de votre visite !