Citation

"La culture est un cimetière de livres et d'autres objets à jamais disparus." in N'espérez pas vous débarrasser des livres de Jean-Claude Carrière et Umberto Eco

samedi 17 décembre 2016

La Vampire ~ Paul Féval

« Seulement, ces admirables cheveux blonds, si vaporeux et si brillants, n’existaient que dans l’imagination d’Angèle. »

Résumé de la quatrième de couverture :

Février 1804.
Dans les rues de Paris, la rumeur grandit. Une vampire aurait pris ses quartiers en bord de Seine et serait déjà responsable de la disparition d’une centaine de jeunes gens fortunés.
C’est que cette vampire-là semble autant intéressée par l’or que par le sang.
Et Paris s’interroge : est-ce là le fait d’une organisation secrète ou d’une véritable goule ?
Loin de toute cette agitation, René et Angèle s’aiment et s’apprêtent à se marier. Mais la jeune fille se sent de jour en jour plus délaissée. Son amant en préférerait-il une autre ?
Sans doute pas. Pourtant, quand on est le neveu du plus redoutable opposant de Napoléon, il faut se méfier des belles dames aux cheveux de jais…
Encore un livre sur les vampires, direz-vous. Mais cette histoire a été écrite et publiée en 1865, soit 30 ans avant le Dracula de Bram Stoker. Autant dire que c’est une œuvre pionnière dans le genre !
C’est un vrai roman fantastique. Dès le début, le lecteur est plongé dans un mystère, celui de la pêche miraculeuse. Il semblerait que des tonnes de poissons se jettent dans les filets des pêcheurs sur un bout de berge de Seine. L’histoire commence avec des personnages dont on ne sait rien mais qui ont déjà beaucoup de tracas. Un certain « patron » suit une jeune fille qui elle-même file un homme. Cette jeune fille, c’est Angèle, amoureuse éperdue de René, qui semble la délaisser. Au milieu de ce nœud, deux jeunes femmes occupent une place mystérieuse, une brune et une blonde. Qui sont-elles ? Quelles sont leurs intentions ?
Le fantastique apparaît dans la tension créée par l’auteur via les interrogations de ses personnages. La rumeur dit qu’une vampire a élu domicile à Paris. Des légendes sont murmurées. De jeunes gens fortunés meurent. Cependant, d’autres prétendent qu’il s’agirait là d’un complot. Et le lecteur ne peut que suivre ses suppositions, car il sera bien en peine de découvrir la vérité. Il devra attendre les révélations, livrées sur un oreiller.
Le décor planté par l’auteur donne une épaisseur bienvenue à l’intrigue. Sur fond de bonapartisme, car l’histoire se déroule en 1804, les personnages sont mêlés, volontairement ou non, à une querelle qui ne cesse d’enfler. Féval nous décrit le Paris de cette époque, assez sombre et qui porte en même temps un quelque chose de sublime.
Le style peut sembler désuet, mais une fois dedans, il ne se remarque plus. L’action est au rendez-vous, ce n’est pas un interminable roman du XIXe siècle. Certes, il y a des descriptions, mais elles ne font que servir l’atmosphère et le décor. L’auteur a un certain humour et n’hésite pas à tourner en dérision certains corps de métier, ceux de l’administration notamment.
Extrait :

« — Pourquoi n’a-t-elle pas tué celui-là ? dit-elle.
Au contact de ces doigts rudes et froids, René fit un effort désespéré pour recouvrer l’usage de ses muscles ; mais il resta paralysé.
La vieille femme ôta le couvert sans se presser.
Puis elle étendit la nappe sur le parquet et fit glisser en grondant la masse qui craquait jusqu’au centre de la toile, dont elle noua les quatre bouts.
Cela forma un paquet, bruyant comme un sac qu’on remplirait de jouets d’ivoire.
Elle le jeta sur ses épaules et se retira, courbée sous le fardeau.
L’avant-dernier bruit que René entendit fut celui du pêne forçant la serrure ; le dernier, le grincement de deux solides verrous que l’on fermait au dehors. »
Le mot de la fin :

Un roman comme il se doit avec une histoire mêlant des intrigues à la fois amoureuses, politiques et bien sûr fantastiques !

Alors, voulez-vous tourner ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser votre nom et votre blog si vous en avez un ! :)

Merci de votre visite !