Citation

"La culture est un cimetière de livres et d'autres objets à jamais disparus." in N'espérez pas vous débarrasser des livres de Jean-Claude Carrière et Umberto Eco

mardi 13 septembre 2016

Les Psaumes d'Isaak : Cantique ~ Ken Scholes

« Je transformerai ma souffrance en armée »

Résumé de la quatrième de couverture :

Les Terres Nommées pansent leurs plaies et s’apprêtent à fêter un grand événement : la naissance du premier-né du général Rudolfo, désormais chargé du pouvoir de l’ordre ancien anéanti neuf mois plus tôt. De nombreux nobles se pressent au cœur des Neuf Forêts pour l’occasion.
Alors que la fête bat son plein, les portes s’ouvrent à la volée et des assassins invisibles passent à l’attaque, massacrant tous les invités.
Au même moment, un étrange personnage apparaît aux portes de la Muraille du Gardien qui protège les Terres Nommées. Il est porteur d’un message à l’attention de Pétronus, le pape caché.
Les révélations sur les « hommes de métal » et l’histoire de l’Ancien Monde ne font que commencer…
Ce deuxième tome répond parfaitement aux attentes d’un lecteur : riche en rebondissements, en nouveaux personnages et en action.
La désolation de Windwir laisse place à un monde à reconstruire. La géopolitique est totalement reconfigurée, les Neuf Maisons Sylvestres sont désormais le centre de la carte. Les tensions se font sentir avec les nations voisines. D’autant qu’une nouvelle menace pèse sur les Terres Nommées, une menace qui a pris vie à l’intérieur d’un pays allié de celui de Rudolfo, de quoi attiser les haines et les désirs de vengeance.
Comme pour le premier tome, l’auteur écrit sous différents points de vue, ce qui est vraiment fascinant. Vlad Li Tam a été ma voix préférée car c’est celui qui vit les choses les plus intéressantes (et les plus horribles) et c’est le personnage qui réfléchit le plus sur sa position. On a une véritable introspection. En fait, la famille Li Tam est un bijou en elle-même, il y a tellement de membres et de complots qui l’entourent. Au niveau des personnages, Neb est certainement celui qui parcourt le plus chemin, au sens propre comme au sens figuré. Son rôle prend beaucoup d’importance.
L’action est bien sûr au rendez-vous avec quelques batailles, de sacrées surprises, notamment à propos du fils de Rudolfo. Les dernières cent pages marquent un véritable tournant pour tout le monde mais surtout pour Hivers qui est confrontée à ses craintes incarnées par le pire des adversaires.
Extrait :

« Le mécaserviteur bondit dans les airs et accomplit une pirouette. Il atterrit avec grâce sur le rebord de la muraille. La lumière hivernale blanche se refléta sur son corps métallique cabossé. Ses yeux étincelèrent tandis qu’il regardait en bas. Ses engrenages s’enclenchèrent et sifflèrent.
Isaak poussa un cri et se précipita, mais trop tard. Le mystérieux mécaserviteur se jeta dans le vide. Neb courut jusqu’au bord de la muraille, suivi par Aedric et d’autres éclaireurs. Le jeune homme s’arrêta près du parapet et regarda en bas. Le mécaserviteur avait rejoint la voie whymèrienne et il s’éloignait à toutes jambes vers le Désert Bouillonnant. »
Le mot de la fin :

Un magnifique deuxième tome qui tient ses promesses et qui fait monter la tension. La fantasy y est bien présente, merci aux mécaserviteurs et à nos chers Y’Zirites.

Alors, voulez-vous tourner ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser votre nom et votre blog si vous en avez un ! :)

Merci de votre visite !