Citation

"La culture est un cimetière de livres et d'autres objets à jamais disparus." in N'espérez pas vous débarrasser des livres de Jean-Claude Carrière et Umberto Eco

samedi 18 juin 2016

Chroniques des temps obscurs : Frère de loup ~ Michelle Paver

« Les ombres des arbres semblèrent s’approcher pour écouter le mourant. »


Résumé de la quatrième de couverture :

L’aventure commence il y a six mille ans… L’Esprit du Mal s’est emparé d’un ours. Seul Torak, douze ans, peut le défier. La prophétie est formelle : il est Celui-qui-écoute. Il doit trouver la Montagne de l’Esprit du Monde pour rétablir l’harmonie entre les hommes, la nature et les animaux. Accompagné d’un jeune loup qui lui ressemble comme un frère, Torak s’engage dans la Forêt Profonde.
Alors commence un étonnant périple au cœur d’une nature magique, à la fois fascinante et hostile.
Il est très facile d'entrer dans l’intrigue car l’action est présente dès la première ligne. On n’a pas le temps de s’installer que déjà des événements graves se produisent. Le lecteur est happé dans l’histoire grâce au style de l’auteur qui fait des phrases à la fois brèves et très éloquentes. On a vraiment l’impression que c’est un garçon de douze ans qui raconte et c’est d’autant plus captivant.
Une des premières choses géniales de ce livre est que certains chapitres sont écrits du point de vue du loup, si bien que ce n’est pas le même vocabulaire qui est employé. Le loup ne dit jamais homme par exemple, ce sont ses impressions d’animal qui sont transmises. Il ne voit pas du tout le monde de notre façon et c’est très bien retranscrit. D’ailleurs, l’auteur a fait pas mal de recherches sur ces animaux afin de les rendre les plus crédibles possible.
Ensuite, les personnages sont vraiment intéressants, Torak bien sûr, le héros qui s'ignore, mais aussi Renn, la jeune fille rebelle. Elle a un caractère bien trempé sans pour autant tomber dans le stéréotype. Les autres personnages qui gravitent autour des héros ont un rôle bien défini et ne sont jamais ou tout blanc ou tout noir. Il reste toujours une once de doute car on ne connait pas leur histoire tout de suite. 
L’univers dans lequel tout ce petit monde évolue est grandiose, la carte au début du roman le représente à merveille. Tout se passe dans une grande forêt pour ce premier tome, mais dans les suivants la mer et les montagnes sont aussi sollicitées. C’est un monde où il n’y a pas de villes mais des clans qui cohabitent. Chaque clan se dévoue à un animal qui est leur gardien. La magie fait partie de leur culture et pour eux, la nature entière est un esprit. Chaque clan a un chef et un mage. On est dans un type de société archaïque. On ne peut pas parler de géopolitique, mais les alliances ont une grande importance dans ce monde et induisent forcément des conflits. Ces peuples ont un vocabulaire assez spécial pour leurs pratiques, qui est difficile à comprendre au début, mais les repères viennent vite.
Dans ce premier tome, le nœud du problème n’est pas complètement exposé, ce qui nous oblige presque à lire le deuxième dans la foulée, tant la tension est palpable. C'est l'atout de cette série, l'auteur mesure chaque événement pour qu'il donne envie de continuer, sans trop en dévoiler.
Extrait :

« Torak se figea. Il entendit les chiens du campement répondre au hurlement. Il vit des silhouettes se redresser et courir pour comprendre ce qui se passait. Il comprit que Loup lui avait donné sa chance.
Pas de temps à perdre.
Vite, le garçon bondit hors de sa prison. Plongea dans la pénombre. Se cacha derrière les noisetiers. Il n’avait plus qu’une chose à faire. Et elle lui répugnait.
Il lui fallait abandonner Loup. »
Le mot de la fin :

C’est vraiment un livre à lire et à relire, très bien construit et qui introduit une saga formidable. Ce monde nous semble si étranger, qu’il nous est presque impossible de prédire la suite, on est forcément dans l’attente, ce qui est vraiment plaisant.

1 commentaire:

N'hésitez pas à laisser votre nom et votre blog si vous en avez un ! :)

Merci de votre visite !