Citation

"La culture est un cimetière de livres et d'autres objets à jamais disparus." in N'espérez pas vous débarrasser des livres de Jean-Claude Carrière et Umberto Eco

dimanche 24 avril 2016

L'Empire brisé : Le Prince écorché ~ Mark Lawrence

« Vous ne pouvez remporter le jeu que si vous comprenez que c’en est un. »




Résumé de la quatrième de couverture :

À treize ans il est le chef d’une bande de hors-la-loi sanguinaires. Il a décidé qu’à quinze ans il serait roi.
Le prince Jorg Ancrath a quitté le château de son enfance sans un regard en arrière, après qu’il fut contraint d’assister au massacre de sa mère et de son frère. Depuis ce jour il n’a plus rien à perdre. Il avance porté par sa fureur.
L’heure est venue de s’emparer de ce qui lui revient de droit. A la cour de son père l’attendent la traitrise et la magie noire. Mais le jeune Jorg ne craint ni les vivants ni les morts. Animé d’une volonté farouche, il est prêt à affronter des ennemis dont il n’imagine même pas les pouvoirs.
Car tous ceux qui ont pris l’épée doivent périr par l’épée.
J’attendais beaucoup de ce livre et j’ai été un peu déçue au début. Le rythme est assez difficile à saisir. Je crois que c’est la première chose qui m’a embêtée. Les chapitres sont relativement courts et l’auteur alterne entre des passages au moment présent et d’autres qui se sont déroulés plusieurs années avant. C’est assez perturbant car ce n’est pas toujours indiqué qu’on change d’époque. Toujours avec le rythme, il y a des problèmes de transitions entre les chapitres. On passe d’un décor à un autre sans comprendre comment on est arrivé là. Il y a par exemple un passage où deux personnages sont très mal en point dans une cellule et on les retrouve le chapitre d’après à cheval sur la route. C’est assez étrange.
Un autre élément déroutant est le style. Il est très adapté aux personnages car ce sont des hommes de la route, ils jurent sans cesse, ont des remarques souvent vulgaires. Cela peut déstabiliser le lecteur entre la narration au style plus fluide et les dialogues davantage saccadés.
Autrement, l’intrigue est bien menée. La tension est présente, même si on manque d’informations au début, on comprend les enjeux rapidement. L’histoire est originale, la vengeance n’est pas trop présente et on suit plus le groupe à travers leurs massacres. Ces derniers sont assez nombreux, assez gores et plutôt radicaux. La quête principale de Jorg est entrecoupée d'événements et d'obstacles qui forgent ce personnage et l’entraînent un peu plus vers les ténèbres, au sens propre et figuré. Certains événements sont traités trop rapidement mais de ce fait, il n’y a aucun temps mort.
Les personnages n’ont pas de pitié, certains semblent à peine humains, notamment dans le groupe de Jorg. La plupart ne font que quelques apparitions, ce qui est assez dommage car j’aurais aimé en apprendre plus sur eux. Parmi eux, Makin et le Nubain possèdent la personnalité la plus complexe et donc la plus intéressante. Jorg, notre héros, ne m’a pas semblé tout à fait crédible. Il a vécu des choses atroces, certes, mais pour un adolescent de 14 ans, il n’agit pas d’une façon très adéquate. La proximité que le lecteur pourrait avoir avec lui s’en trouve compromise. En faisant abstraction de son âge, on arrive à le cerner relativement bien.
Malgré beaucoup de détails gênants à la lecture, l’originalité équilibre l’ensemble et apporte une fraîcheur bienvenue. On est souvent surpris par des retournements de situation. L’univers présente une époque ressemblant fort à un Moyen-Age, cependant on comprend que nous sommes des milliers d’années après notre ère, la carte nous indiquant des lieux familiers. De plus, Jorg fait souvent référence explicitement à des auteurs célèbres comme Platon ou Nietzsche.
Extrait :

« Sur ce, un clou apparut “par magie” entre mes doigts. Une pointe rouillée de huit centimètres de long. L’homme se pissa dessus. Là, sur les marches. Burlow jura et lui donna un violent coup de pied. Quand Renton eut recouvré son souffle, il me raconta tout ce qu’il savait. Il lui fallut presque une heure. Ensuite, nous le donnâmes aux paysans, et ils le brûlèrent.
Je regardais le bon peuple de Norbois danser autour de son bûcher. »
Le mot de la fin :

Un premier tome qui commence difficilement mais qui s’améliore par la suite avec une intrigue qui prend en relief et en couleurs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser votre nom et votre blog si vous en avez un ! :)

Merci de votre visite !