Citation

"La culture est un cimetière de livres et d'autres objets à jamais disparus." in N'espérez pas vous débarrasser des livres de Jean-Claude Carrière et Umberto Eco

vendredi 4 septembre 2015

Va où ton coeur te porte ~ Susanna Tamaro

« Chacun tire son inspiration du monde qu’il connait le mieux. »




Résumé de la quatrième de couverture :

Seule dans sa maison, battue par les vents d'hiver, une vieille femme qui n'a plus que quelques mois à vivre écrit à sa petite-fille. Avant de disparaitre, elle souhaite resserrer les liens distendus par les aléas de l'existence. Pour cela, elle n'a que des mots. Des mots d'amour, ou des mots qui l'entrainent à évoquer sa propre vie. Elle raconte sans pudeur ni complaisance son enfance solitaire, son mariage de raison, la mort tragique de sa fille et parle pour la première fois du seul homme qu'elle ait aimé.
Quinze lettres pour dire qu'il faut faire confiance au destin et écouter son cœur. 
C'est un petit livre qui ne m'attirait pas mais qui m'a été recommandé. Je l'ai lu rapidement. L'histoire ne m'a pas emballé plus que ça, elle est lisse, sans rebondissements. Je ne me suis attendue à rien mais je n'ai eu aucune surprise.
Je commence donc par les points négatifs. Le style de l'auteur m'a dérangé. Il y a trop de métaphores, de comparaisons et de figures de style en général. On a l'impression qu'un professeur lui a demandé d'en mettre le plus possible. C'est assez insupportable car on passe toujours par des chemins dérobés pour exprimer une idée. Cela renforce le fait que c'est une grand-mère qui parle à sa petite-fille sans trop savoir de quelle façon aborder certains sujets. Globalement, le livre est trop linéaire, trop lisse. Le lecteur n'a pas de réelle surprise. Le résumé promet une vie pleine de rebondissements mais je n'ai pas retrouvé la tension que j'attendais. C'est d'ailleurs ce qui conduit à une fin décevante.
Les points positifs sont assez restreints. La deuxième moitié propose des réflexions plus intéressantes. C'est ce que j'ai le plus aimé, certains passages donnent à penser sur un peu tout, les choix dans la vie notamment. La narratrice essaie de comprendre les événements de sa vie, de leur trouver une cause dans son enfance, la relation avec ses parents. La forme que prend ce livre est intéressante. Je n'appellerai pas cela de l'épistolaire car il n'y a pas d'échanges de lettres. J'ai plus eu l'impression que la grand-mère rédigeait un journal intime. Mais elle oscille entre ses souvenirs, ses réflexions et ce qui se passe au moment présent. Cela ajoute un peu de rythme, vraiment bienvenu car le fond est plutôt lisse.
Il y a un deuxième tome que je ne lirai pas car je n'ai pas apprécié le présent. Il s'intitule Ecoute ma voix.
Extrait :

« Il y a des vérités qui apportent un sentiment de libération et d'autres qui imposent le sens du terrible. Celle-là appartient à la seconde catégorie. Où finit la chaîne des fautes ? Avec Caïn ? Est-il possible que tout remonte aussi loin ? Y a-t-il quelque chose derrière tout cela ? Un jour, dans un livre indien, j'ai lu que le destin est tout-puissant et que l'effort de la volonté n'est qu'un prétexte. Après cette lecture, une grande paix est descendue en moi. »
Le mot de la fin :

Un petit livre qui se lit très vite, globalement agréable mais sans intérêt majeur. Certains passages sont plus intéressants en termes de réflexion quasi philosophique, mais le reste demeure plat.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à laisser votre nom et votre blog si vous en avez un ! :)

Merci de votre visite !